Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Jacaranda

Linkin Park - A Thousand Suns

8 Janvier 2011, 21:35pm

Publié par Jacaranda

A-Thousand-Suns.jpg

LINKIN PARK - A THOUSAND SUNS 

 

Année de parution : 2010

Nombre de pistes : 15

Genre : Rock

 


Une oeuvre étonnante mais bien ficelée

Ce nouvel opus du groupe californien aura fortement divisé les "fans" depuis sa sortie en septembre 2010. Beaucoup de critiques envers cet album car le son d'antan n'y est plus. Et voilà de nombreux admirateurs déboussolés car ne reconnaissant plus le style néo-métal nerveux du début (Hybrid Theory et Meteora).

Certes LP n'est pas ACDC, certes LP n'est pas Metallica. Mais avoir l'audace de changer d'orientation musicale, qui plus est quand on a une étiquette accolée depuis une dizaine d'années, c'est quand même pas chose courante.

 

Oui, l'audace. Car, dans n'importe quel secteur que ce soit, oser repartir à zéro alors que l'on est proclamé number one dans un domaine, pas sûr que beaucoup aient une paire de couilles assez solide pour le faire.

LP a marqué de son empreinte une génération par sa musique, étant alors une fusion entre le rap et le métal, somme toute bien foutue au début des années 2000.

Puis la musique a évolué, considérablement. Mais Linkin Park a souvent procédé ainsi. Et ce bien avant Hybrid Theory. Le groupe s'apellait Xero, puis Hybrid Theory, et quelques chansons ont été écrites et enregistrées. Déjà à l'époque, il y avait de la créativité sur certains morceaux, principalement dans les arrangements électroniques. Xero comptait à l'époque tous les membres actuels de Linkin Park, excepté Chester Bennington.

 

Bref.

 

Ceux qui souhaitaient à voir réapparaître un nouveau Hybrid Theory sont déçus, ce qui est compréhensible. Mais marteler que cet album est une merde, comme certaines critiques n'hésitent pas à lâcher, sous prétexte que ça n'a plus aucun rapport avec le premier disque nommé, bah c'est un peu fade comme explication.

Les effets électros sont omniprésents, reléguant les instruments traditionnels (guitare, batterie) un peu au second plan. C'est déconcertant au premier abord mais la qualité des sons utilisés est frappante.

L'album n'est pas parfait, certaines interludes nous plongent dans un univers apocalyptique, même si, il est vrai, le fait d'en avoir trop est dommage et pesant.

 

L'intro nous mène dans une ambiance un peu psychédélique, avec une voix féminine très planante. Cela annonce quelque chose de spécial, de nouveau.

 

Certaines chansons donnent l'impression de ne jamais décoller. On s'attend à ce que le rythme s'emballe mais il n'en est rien, notamment sur Robot Boy. Cependant, Linkin Park a la faculté de créer des mélodies faciles à retenir et entraînantes dès la première écoute.

La chanson pop rock qu'est Burning in the Skies est dans cet esprit-là. Des paroles répétitives mais non dénuées de sens, un refrain rythmé, des instruments s'alliant parfaitement et une voix. A défaut de crier sa vie dans un micro, il sait chanter calmement et ça, c'est un changement appréciable (un peu comme Slipknot et Korn par exemple). Déjà dans les précédents albums, dont les fameux Hybrid Theory et Meteora, on entrapercevait une voix claire, posée.

 

Associer le rap de Shinoda à de puissantes notes orientales pour When They Come For Me est une idée bien trouvée et surprenante. Les percussions y sont très soignées et donnent un aspect tribal savamment dosé à cette chanson.

Si l'on souhaite à tout prix entendre le chanteur s'énerver un peu, il faut attendre la neuvième piste avec Blackout. Là aussi, les paroles ont un sens, ces dernières reflètant bien l'état d'esprit du monde actuel. La fin de la chanson part un peu n'importe comment, à vous seul d'apprécier où non. 

 

Le disque se termine par une ballade, avec un Chester mélancolique accompagné d'une guitare sèche (avec également un peu de piano). Une chanson unique dans la discographie du combo.

 

Au final, malgré quelques longueurs, cet album est bien construit. Un gros travail a été fourni sur la composition de la musique et les Californiens se sont appliqués dans l'écriture.

A Thousand Suns est à prendre comme un livre. Tout y est agencé pour raconter une histoire, la nôtre.

La première lecture est certes déroutante mais tendez l'oreille, on ne sait jamais ...

 

 

 

DANS LA MÊME VEINE :

Linkin Park - Living Things

Commenter cet article
S
Super ta critique ! J'aime beaucoup Linkin Park ! Ton blog est trop cool :)
Répondre